L’Ickabog de J.K. Rowling

L'Ickabog de J.K.Rowling

Papier (400 pages) existe aussi en audio et en ebook aux éditions Gallimard jeunesse le 12 novembre 2020

 

Résumé de l’éditeur :

 

La Cornucopia est un petit pays prospère gouverné par le naïf roi Fred. Mais ce pays coloré vit sous la menace d’un monstre : l’Ickabog. Un monstre devenu légende, que personne n’a jamais vu mais que le roi va décider de poursuivre afin de satisfaire ses sujets. Arrivé dans les Marécages, rien ne se passe comme prévu et cette quête est le début de nombreux problèmes qui va résulter à la lente descente aux enfers du pays.

Mon avis :

 

J’avais entendu dire que ce conte avait été écrit pendant le confinement de 2020, que J.K Rowling publiait un chapitre par jour. J’imagine aisément que c’est pour ces raisons d’une part que les chapitres sont courts et d’autre part qu’il y a tant de longueur dans la trame.

J’ai fait le choix de le découvrir en audio, et franchement je n’ai absolument pas regretté. Car j’ai beaucoup apprécié l’interprétation de Aïssa Maïga.

 

Une fois de plus J.K. Rowling nous entraîne dans un univers riche. A la multitude de personnages, je vous disais lors de ma lecture de Jack et la grande aventure du cochon de Noël, que c’était là la patte de l’auteure et qu’elle y excellait.

 

Encore une fois, l’auteure avec L’Ickabog nous offre un conte jeunesse à double sens, ce qui permet aux petits comme aux grands d’y trouver leur compte.

Elle nous laisse imaginer jusqu’où la manipulation et le mensonge peuvent aller. On ne peut malheureusement pas s’empêcher d’y trouver quelques rapprochements avec notre propre actualité.

J’ai pris autant de plaisir à découvrir l’univers de ce joli pays de Cornucopia, qu’à voir évoluer Daisy et Bert, j’ai mis autant d’ardeur à détester Crachinay et Flapoon les conseillers manipulateurs et avaricieux. Mais franchement celui que j’aurai bien aimé secouer comme un vieux prunier c’est le roi en personne. Cet être narcissique et naïf, qui entraîne malgré lui le pays dans la déchéance alors que ce dernier était un pays prospère dans lequel les habitants étaient heureux.

Mais J.K. Rowling ne serait pas J.K. Rowling si elle ne nous offrait pas une fin grandiose. Une fin que j’ai adorée, avec un rebondissement que je n’ai pas vu venir.

 

L’Ickabog de J.K Rowling en bref

 

L’Ickabog de J.K. Rowling où comment la Cornucopia pays prospère au peuple heureux, sombre lentement dans la déchéance à cause d’un roi naïf et narcissique conseillé par deux ministres plus fourbe et plus cupide l’un que l’autre. Mais L’Ickabog va encore plus loin, à la base l’Ickabog est un personnage fictif dont on se sert, soit pour faire une bonne farce à la manière du dahu, soit pour prétexter un vol ou encore afin d’assagir les enfants. Jusqu’au jour où tout va basculer. L’intrigue est un peu longue à se mettre en place, et malgré des chapitres courts la dynamique n’est pas vraiment présente. Cependant L’Ickabog est un conte assez plaisant, dont j’avais vraiment envie de connaître la fin. De plus la dernière moitié du roman est vraiment plus plaisante, je l’ai d’ailleurs préférée à la première.

Et puis je dois reconnaître que je ne m’attendais pas à ce petit retournement de situation. Même si c’est du J.K. Rowling tout craché.

Ce fût donc une très belle découverte.

 

Note : 17/20

A lire si vous aimez : les contes un peu sanglants, les histoires qui finissent bien. Voir des jeunes héros grandir dans tous les sens du terme.

Fuyez si : vous n’aimez pas les longueurs, les contes politiquement incorrects. La profusion de personnages.

Vous aimez ? Alors partagez le ;)
 
 
     

Mon blog se nourrit de vos commentaires ♥