Le macaron meurtrier de Ana T. Drew

Le macaron meurtrier de Ana T. Drew

 

Papier (207 pages) existe aussi en numérique et en audiobook. Paru en autoéditions le 10 mai 2020

 

Résumé de l’éditeur :

 

Le chef pâtissier Julie a sa liberté, sa boutique…
…et un macchabée qui refroidit sur son plancher.
Bienvenue à Beldoc, une petite ville au grand charme provençal ! Libre à vous de lézarder dans ses rues… ou d’enquêter sur un meurtre.
Quand un homme s’écroule sous ses yeux dans sa pâtisserie, Julie Cavallo est consternée.
Pourtant, elle ne fait pas partie des suspects.
Le capitaine de la gendarmerie locale est persuadé qu’il s’agit d’une mort naturelle. Un banal infarctus.
Or, pour une raison qui lui appartient, Julie est convaincue que Maurice Sauve a été empoisonné.
Alors que faire ?
Eh bien, tant pis si c’est risqué, elle partira seule à la découverte de la vérité au sujet de Maurice!
Enfin, pas tout à fait seule.
Sa grand-mère excentrique, sa sœur ronchonne et son geek de sous-chef sont là pour l’épauler.
L’amateurisme de cette équipe est un défi en soi.
Mais en plus, elle fait face à l’absence de preuves, d’indices, et très vite, de cadavre.
Le meurtre – si c’en était bien un – a été planifié et exécuté avec brio.
Une pâtissière saura-t-elle résoudre le crime parfait ?

Mon avis :

Julie Cavallo et moi avons eu une relation plutôt compliquée pendant ma lecture. Je n’ai pas réussi à m’attacher à l’héroïne d’Anana T. Drew. En revanche j’ai plutôt bien aimé les personnages secondaires, ma préférée, sans surprise, étant sa grand-mère. Imaginez un peu, elle donne des cours de dogya, comprenez par là des cours de yoga pour chien, comment ne pas aimer une telle femme !

En revanche j’ai beaucoup apprécié l’intrigue, même si j’avais deviné assez vite l’identité du coupable, il me manquait le mobile. C’est pourquoi Anan T. Drew a réussit à me faire douter une ou deux fois.

Je venais juste de terminer le tout premier roman de Karine Giébel et le petit dernier de Stephen King, alors forcément à côté de ces deux pointures, ce premier tome des Enquêtes de Julie, a plutôt été une lecture fraîche et plaisante. Le genre idéal à savourer l’été sur la plage, ou entre deux pavés, voir comme moi après des lectures plus prenantes psychologiquement.

J’ai découvert Le macaron meurtrier grâce à l’abonnement Kindle. J’ai vu que toute la série des enquêtes de Julie y était disponible. Du coup j’ai bien l’intention de continuer l’aventure. D’autant plus que Ana T. Drew a su amener habilement les prémices du tome 2 à la fin de ce premier tome.

Le macaron meurtrier est le T1 des Enquêtes de Julie et comme souvent pour les premiers tome il souffre de la mise en place, des prémices, mais il n’en reste pas moins que j’ai passé un bon moment à mener l’enquête au côté de Julie Cavallo et toute la clique.

Le macaron meurtrier de Ana T. Drew  en bref

 

Malgré quelques petits problèmes d’attachement à l’héroïne principale, le temps sans doute de mieux nous connaître. J’ai passé un bon moment avec Le macaron meurtrier. C’est une histoire fraîche qui oscille entre chick-lit et cosy mystery. L’intrigue est bien menée. La plume d’Ana T. Drew est agréable à suivre. Les prémices du tome 2 se profilent à l’horizon, et je n’ai pas résisté je les illico téléchargé.

Note : 14/20

A lire si vous aimez : les cosy mystery ou les histoires rafraichissantes entre deux pavés.

Fuyez si vous n’aimez pas : les histoires policières sur fond de chick-lit

Vous aimez ? Alors partagez le ;)
 
 
     

Mon blog se nourrit de vos commentaires ♥